Nous redescendons dans la vallée vers 14h car nous avons dormi longtemps, fatigués après notre petite mésaventure. Comme nous avons chauffé la cabin, la neige du toit a commencé à fondre et forme des stalactites de glace. Il fait gris, mais le ciel est assez haut et la lumière particulière. Sur le chemin je remarque des traces fraîches d'élan (il n'y a que moi pour m'intéresser à ça, souvenir d'enfance Wapiti).

Gresslihytta   PA112948

La chasse à l'élan est d'ailleurs ouverte, et des coups de fusils résonnent de temps à autre dans la vallée. Comme le bus ne passe qu'à 18h45, nous décidons de remonter le cours de la rivière jusqu'au village voisin d'Ås.

PA112961

La rivière que nous longeons est utilisée pour la production d'électricité.

PA112979bis   PA112952

Petit point sur l'énergie en Norvège : 98,5% de la production d'électricité provient des centrales hydroélectriques. Le pays couvre 60% de ses besoins en électricité grâce aux énergies renouvelables (éolien, hydraulique... ), soit trois fois plus que les objectifs fixés par l'Union Européenne pour ses pays membres. Les Norvégiens sont radicalement anti-nucléaire, ils poussent les hauts cris quand les Français en parlent : "ça va pas ? C'est polluant !". Ce qui ne les empêche pas de ne pas être très économes en électricité : lanternes devant les maisons de jour comme de nuit, lumières allumées en pleine journée même quand ils partent de chez eux (enfin ça, ce sont nos Norvégiens. Ils laissent même la télé allumée sans personne dans le salon).

Retour à nos moutons. Nous croisons quelques étangs qui commencent à geler, et une très vieille maison où nous nous arrêtons pour faire demi-tour. Le "village" est encore à 6 km, nous sommes seulement dans un lieu-dit avec une église et quelques fermes éparpillées.

PA112962   maison

PA112977bis

Quand même, y'a pas à dire, la Norvège, c'est bien beau.

Arrivés au cabanon de bois qui fait office d'abri bus (dans le mauvais sens, pas d'abri du bon côté), nous sommes à l'état de loques. A 17h45, un bus passe, à pleine vitesse. "C'était pas le nôtre ? Il passe à 18h45 normalement !" "Euh oui, mais c'est quand le changement d'heure ?" "Bientôt non ?"
Du coup, le pépé qui habite de l'autre côté de la route a été dérangé par trois petits Français qui lui ont demandé l'heure, et il leur a montré sa montre à l'appui.
Rétrospectivement, ce n'est pas possible, puisqu'il aurait dû être 16h45 et non 18h45 après le changement d'heure :)
Quand même, on ne sait jamais. Déménagement de l'autre côté de la route (le bon) où nous attendons dans le froid.
Petite animation : un Norvégien qui passe en quad à remorque, avec semble-t-il un élan mort dedans. Seules les pattes dépassent, toutes raides. La chasse a été bonne.

Le bus arrive enfin, tout chaud. Je crois que j'ai dormi. Trop fatiguée et bien contente de rentrer !